10 ans
A A Imprimer

Le Festival ALIMENTERRE : on en parle ! (Episode 3)

7 novembre
2017

affiche ALIMENTERRE 2017 et revue de presse

 

Comme chaque semaine, petit tour de France du Festival à travers les articles qui ont marqué l’actualité du Festival !

L’alimentation durable à l’honneur

Le film Hold-Up sur la banane connait un grand succès depuis le début du Festival. Dans un article du Télégramme, des organisateurs de Saint-Brieuc  dans les Côtes d’Armor expliquent pourquoi ils ont décidé de retenir ce film. « Ce film ouvre le débat sur le commerce équitable et insiste sur notre responsabilité de consommateur » résume Luc Morvan. Pour Nicole le Cotty, bénévole chez Artisans du Monde, partenaire du Festival, « c'est aussi l'occasion de proposer des pistes pour soutenir l'agriculture paysanne locale durable ».

La communauté de commune de l'aillantais et les foyers ruraux  de l'Yonne qui mettent en oeuvre le programme « Bien Manger pour bien vivre en Aillantais »  sont également impliqués dans le Festival. Ils proposent des solutions aux incohérences du système alimentaire mondialisé en promouvant la production alimentaire locale et en encourageant l’approvisionnement en circuit court.

Sensibiliser sur le droit à l’alimentation

Un article de l’Ardennais remet également l’ACCIR (Association Champenoise de Coopération Interrégionale), coordinateur du Festival ALIMENTERRE en Champagne-Ardenne, sur le devant de la scène. Idrissa Nacambo revient notamment sur la défense du droit à l’alimentation et fait passer ce message essentiel : « Au Burkina Faso, il y a 17 millions d’habitants, explique Idrissa Nacambo. 80   % vivent directement du travail agricole mais le paradoxe c’est que les 3/4 d’entre eux ont faim. Cela s’explique par des contraintes pluviométriques mais surtout par des difficultés organisationnelles. Des problèmes de gestion, de planification, de gouvernance. »

Pour la première fois, l'association poitevine Chaînon FTI (France Togo International) s'insère dans le programme du festival ALIMENTERRE.  L’agriculture est l’un des principaux axes de travail de l'association, qui travaille notamment sur l’accès à l’eau pour les producteurs, indispensable pour la sécurité alimentaire.  

ALIMENTERRE, un projet pédagogique

La dimension pédagogique du Festival est également soulignée dans un article du ministère de l’Education Nationale. Dans l’académie de Grenoble, sept classes de secondes participent cette année au Festival, dans le cadre du thème du programme scolaire « Nourrir les hommes ». Il faut enfin souligner la très belle programmation de l’association Instinct’taf, en partenariat avec le Parc Naturel Régional de la Chartreuse. La soirée de clôture sera l’occasion de parler restauration bio à base de produits locaux et de présenter le spectacle « Manger » de la Compagnie Zygomatic. 

Le Festival ALIMENTERRE continue jusqu'au 30 novembre. Participez aux milliers de projections-débats et animations programmées dans toute la France et dans 12 pays.